Logo Souillac.NET
 

Rocamadour

   



Localisation et accès
Monuments et curiosités
Hébergement et restauration
Office du tourisme
Alentours

Adresses utiles
La bande FM

Activités aquatiques
Randonnées et promenades
Spéléologie

Histoire
Gastronomie régionale
Musées
Cinéma "Le Paris"
Enseignement

Associations diverses
Associations loisirs
Associations sportives

Forum de discussion
Petites annonces
Webmaster
Liens


 

Rocamadour est le deuxième site classé de France après le Mont Saint-Michel.

Son nom vient des reliques d’Amadour, dont le corps a été découvert intact au cœur du sanctuaire marial en 1166, devant l’entrée de la chapelle miraculeuse.

Epoustouflant par sa verticalité, ce lieu mythique est resté à travers les siècles symbole de foi et d’espérance. Parmi tous les miracles attribués à la cité mariale, le plus grand est sans doute celui de conserver toutes ces bâtisses au-dessus du précipice !

D’après la légende, Roland de Roncevaux, lors d’une bataille qui lui fût fatale, lança sa fameusée Durandal et cria que là où tomberait son épée, Rocamadour serait. Cette épée est toujours visible du parvis des sanctuaires, fichée dans le rocher.

C’est sur un espace réduit et difficile d’accès que furent fondés dès le XIIème siècle les vastes sanctuaires, protègés par des fortifications, dont la vocation première fut le culte de la Vierge Marie, sous l’apparence d’une Vierge Noire dont le corps était autrefois couvert de plaques d’argent, puis d’un manteau. Cette statue est dans un des sanctuaires à pic sur les gorges de l’Alzou.

L’épreuve finale du pèlerinage consistait à gravir à genoux les 216 marches conduisant à la cité religieuse. Enfin parvenus à l’intérieur des sanctuaires après cette ascension, les pèlerins laissaient en ex-voto divers objets. Les plus connus restent les fers de condamnés libérés de leurs chaînes, les bâteaux de marins sauvés et reconnaissants, ou les plaques de marbre gravées et accrochées au mur de la chapelle aux XIXe siècle et XXe siècle.

Bien plus que les reliques du corps d’Amadour, le succès du site vint des miracles de la Vierge noire dont la cloche miraculeuse signalait, par son tintement, le sauvetage en mer de marins. Cette reconnaissance du monde des marins valut à Notre Dame de Rocamadour d’être vénérée dans plusieurs chapelles comme au Finistère ou au Québec.

Rocamadour a aussi donné son nom à un petit fromage de chèvre régional.

Pour plus d’infos :
-  Voir les sites internet de Rocamadour

 


Rechercher
Google


Web
Souillac.NET